f

Comment écrire...


Comment écrire
une brève, un reportage, un compte-rendu, une entrevue, une enquête, une analyse, un portrait, un éditorial, une critique, un billet, une caricature, une chronique, une lettre d'opinion ?

 

La brève
Pour la rédaction d’une brève, tu dois absoluement répondre aux cinq questions que sont qui ?, quoi ?, où ?, quand ?, comment ? et pourquoi ?. Tu n’as pas à fournir une foule de détails mais tout de même écrire avec suffisamment de précision pour que le lecteur connaisse tous les éléments essentiels de la nouvelle. Voici un exemple de brève fictive.
 

Vendredi dernier, le 6 décembre, ont eu lieu les élections municipales de Saute-Mouton. Le nouveau maire M. Éloi Lebeau a été élu par une forte majorité de citoyens. C’est à la suite de la démission, en juillet dernier, de l’ancien maire Julien Turcotte, qu’a été lancée une nouvelle campagne électorale. Seulement deux candidats ont proposé de succéder à M. Turcotte. Il s’agissait du maire élu, M. Lebeau et de son adversaire Mme Aline Michel. C’est avec enthousiasme que le nouveau maire a annoncé qu’il entreprendra ses fonctions dès lundi prochain.

 

Voici les réponses aux cinq questions obligatoires d’une brève.

Qui ? M. Éloi Lebeau

Quoi ? Les élections municipales

Où ? Dans la municipalité de Saute-Mouton

Quand ? Vendredi dernier, le 6 décembre

Comment ? Par une forte majorité de citoyens

Pourquoi ? Parce que l’ancien maire Julien Turcotte a démissionné

Les autres renseignements ne sont pas essentiels à la compréhension de la nouvelle, mais ils ajoutent quelques détails susceptibles d’intéresser le lecteur. De plus, ces informations peuvent servir à conclure la nouvelle.

Référence
Lire français. (consulté le 20 août 2000). Les clés du journal, [En ligne], Adresse URL: http://www.lire-francais.com/a_clejou.html

   
Le reportage

Première étape : la cueillette de renseignements
Deuxième étape : les entrevues
Troisième étape : la rédaction

Première étape: la cueillette de renseignements

Le reportage emprunte la règle de base de la brève, c’est-à-dire qu’il inclue les réponses aux fameuses questions qui ?, quoi ?, où ?, quand ?, comment ? et pourquoi ?. De plus, le reportage reprend les paroles des intervenants rencontrés. Ton but premier est donc d’amasser des renseignements sur le sujet pour lequel tu veux écrire.

Deuxième étape: les entrevues

Les entrevues ajoutent une touche vivante au reportage. Elles permettent d’obtenir le point de vue des personnes concernées par le sujet du reportage. Elles peuvent aussi ajouter une note de crédibilité au reportage lorsqu’il s’agit d’intervention d’experts par exemple. Ainsi, lors d’un reportage sur le cancer du poumon, il serait intéressant d’y inclure des entrevues de médecins, de personnes atteintes de la maladie, d’employés de compagnies de tabac, etc. Le reportage parsemé du témoignage de tous ces intervenants devient de plus en plus intéressant.

Troisième étape: la rédaction

La rédaction d’un reportage se fait généralement selon le modèle de la pyramide inversée (ou du sablier). Il s’agit alors de rédiger le texte de façon à ce que les informations soient présentées en ordre décroissant d’importance. Ceci signifie que les informations les plus importantes sont placées au début du texte alors que les autres détails se succèdent jusqu’à ce que les moins importants terminent le texte. Sur les versions en papier des journaux, il faut parfois raccourcir les textes à cause du manque d’espace. En adoptant le style d’écriture pyramidale, il devient facile d’écourter les textes en retranchant tout simplement le dernier paragraphe qui contient des renseignements de moindre importance.

Référence
Potvin. Yves. (consulté le 20 août 2000). Les Reporters en herbe, [En ligne], Adresse URL: http://www.bandesportive.com/reporters/carte.html

   
Le compte rendu

   
L'entrevue ou l'interview

Première étape : la recherche
Deuxième étape : le rendez-vous
Troisième étape : la préparation des questions
Quatrième étape : l’entrevue
Cinquième étape : la rédaction

Première étape : la recherche

D’abord, prépares-toi soigneusement. Lorsque tu veux interviewer quelqu’un, tu dois connaître quelques aspects des sujets dont tu veux traiter avec cette personne. Tu peux aussi avoir besoin de connaître des facettes de sa vie comme sa profession et ses réalisations. Cette préparation t’aidera à définir l’orientation que prendra ton entrevue. Il est donc essentiel que tu entreprennes une petite recherche afin d’être vraiment prêt. Cette recherche te permettra aussi de trouver des pistes de sujets sur lesquels tu pourrais préparer des questions. Enfin, le fait d’être bien informé plaira à ton interlocuteur, il sentira que tu t’intéresses à lui et à ce qu’il fait.

Deuxième étape : le rendez-vous

Maintenant que tu as suffisamment de renseignements et que tu connais l’orientation de ton entrevue, c’est le temps de contacter la personne que tu veux interviewer. Tu peux réaliser un entretien par téléphone, en personne ou pourquoi pas par clavardage? Peu importe le moyen que tu privilégies, tu dois d’abord te présenter et donner l’objectif de ta sollicitation. Ensuite, tu proposes de rencontrer la personne. Prends bien soin de noter la date, l’endroit et l’heure à laquelle se déroulera l’entrevue. Demande aussi à ton interlocuteur le temps qu’il pourra te consacrer.

Troisième étape : la préparation des questions

Lorsque tu as la confirmation que tu rencontreras quelqu’un en entrevue, tu peux préparer les questions. Tu dois te rappeler d’une chose très importante : l’entrevue vise à mettre en évidence des opinions, des sentiments ou à faire l’analyse d’une situation. C’est pourquoi tu prépareras des questions ouvertes et non des questions fermées. La question ouverte ne permet pas à l’interlocuteur de répondre par oui ou par non. Lorsque tu publieras ton entrevue, les lecteurs préféreront les réponses complètes plutôt qu’une succession de "oui" et de "non". Tes questions devraient donc débuter par Pourquoi ?, Comment ?, Qu’est-ce que ?, etc. Elles ne devraient pas commencer par des verbes.

Question Réponse
Fermée
Aimez-vous les animaux ? Non
Ouverte
Quels sont vos animaux préférés ? En fait, je n’ai aucun animal préféré puisque je n’aime pas les animaux.

Tu te demandes sûrement combien de questions tu dois préparer. Il n’y a pas de réponse précise à cette interrogation. Afin de t’aider à résoudre ce problème, il faut tenter de prévoir la longueur des réponses et savoir le temps que la personne est prête à t’accorder. Une douzaine de questions serait un nombre raisonnable si tu prévois passer entre 15 et 30 minutes avec la personne que tu veux interviewer. Rappelle-toi qu’au cours de l’entrevue, d’autres questions pourront te venir en tête c’est pourquoi il est important que tu te gardes une marge de manoeuvre.

Quatrième étape : l’entrevue

Le jour de l’entrevue, approvisionne-toi de crayons et de papier pour prendre des notes. Si tu utilises une enregistreuse, assure-toi qu’elle fonctionne et que les piles sont suffisamment chargées. Dans ce cas, il est souhaitable que tu demandes à ton interlocuteur s’il n’y a pas d’inconvénient à ce que tu l’enregistres. Certaines personnes sont intimidées lorsqu’elles sont enregistrées. Afin que l’entrevue se déroule bien et que règne un climat de confiance, tu dois t’assurer que ton interlocuteur est à l’aise.

Lors de l’entrevue, il n’est pas nécessaire de tout noter mot à mot. Il faut aussi savoir écouter la personne qui te parle. Toutefois, il est important que tu saches prendre des notes rapidement. Lorsque tu prépares tes questions, prends soin de laisser des espaces entre chacune d’elle pour que tu puisses noter les réponses de la personne avec qui tu fais l’entrevue. Pour surmonter les difficultés reliées à la prise de notes, tu peux te pratiquer avec quelqu’un de ta classe. De plus, tu peux aussi te donner un code pour quelques mots. En voici quelque exemples :

  • "quelqu’un" pourrait s'écrire "qqn"
  • "parce que" pourrait s'écrire "pcq"
  • "plus" pourrait s'écrire +
  • "moins" pourrait s'écrire -

Enfin, si tu ne comprends pas bien ou que tu entends mal ce que ton interlocuteur te dit, demande-lui de préciser ou de répéter au besoin. Il vaut mieux que tu demandes des précisions que tu transmettes de faux renseignements.

Cinquième étape : la rédaction

Maintenant que ton entrevue est terminée, il ne te reste qu’à faire la retranscription. Si en relisant tes notes ou en écoutant à nouveau ton enregistrement tu te rends compte que certaines informations sont mentionnées plus d’une fois, n’hésite pas à faire des retranchements afin d’éviter les répétitions. Enfin, n’oublie pas d’introduire ton sujet et d’y inclure les renseignements suivants :

  • De qui s’agit-il ?
  • Dans quel cadre a été réalisée l’entrevue ?
  • Quand l’entrevue s’est-elle déroulée ?
  • Où l’entrevue s’est-elle déroulée ?
Références
Potvin. Yves. (consulté le 20 août 2000). Les Reporters en herbe, [En ligne], Adresse URL: http://www.bandesportive.com/reporters/carte.html

Rescol Canadien et STEM˜Net. (consulté le 20 août 2000). Salle de nouvelles RDR, [En ligne], Adresse URL: http://www.stemnet.nf.ca/rdr/reporterstoolbox.html

   
L'enquête

Première étape : la cueillette de renseignements
Deuxième étape : la classification de l'information
Troisième étape : l'organisation de l'information

Première étape : la cueillette de renseignements

Pour réaliser une enquête, il faut chercher, chercher et encore chercher. Ton but premier est donc d’amasser des renseignements sur le sujet pour lequel tu veux écrire. Une enquête peut être réalisée par sondage (enquête sur le nombre d’heures que les jeunes de 10 à 15 ans passent hebdomadairement devant la télévision). Elle peut faire appel à des essais (test de goût pour déterminer quelle marque de yogourt est la préférée des enfants). L’enquête peut aussi se faire par des recherches bibliographiques (enquête sur les conditions de vie des enfants dans le monde). Elle peut demander de faire de l’observation (enquête sur la présence de produits dangereux à la maison). Bref, il existe plusieurs types d’enquêtes et plusieurs moyens de les réaliser.

Deuxième étape: la classification de l’information

Ton travail d’enquête te permettra sûrement d’accumuler une grande quantité d’informations, surtout si tu as fait des recherches bibliographiques. Afin que tu réussisses à t’y retrouver facilement tu peux utiliser de petites fiches de carton. Chaque fiche traitera d’un thème particulier sous lequel tu y apposeras les renseignements qui y sont reliés. Par exemple, pour une enquête sur la génétique tu pourrais te créer une fiche dont le sujet est Dates. Sur cette fiche, tu noterais toutes les dates importantes que tu as accumulées au cours de ta recherche. Voici un exemple de fiche :

 

Dates importantes

Vers 1860 : Gregor Mendel énonce la loi de la ségrégation grâce à ses expériences de croisement sur les pois.

1951 : Rosalind Franklin obtient une image en forme de croix suite à une exposition de l’ADN à des rayons X. Le résultat de ces photos confirme le modèle de la double hélice de Watson et Crick.

1982 : Commercialisation de l’insuline humaine. Cette insuline était fabriquée grâce aux manipulations génétiques réalisées sur la bactérie E. coli.

1998 : Naissance de Dolly, un clone de brebis réalisé à partir d’une cellule de mouton adulte.

 

Troisième étape: l’organisation de l’information

Pour publier les résultats de ton enquête, il ne te reste qu’à ordonner tes informations. La première étape est de présenter le but de ton enquête. Ensuite, tu dois préciser son mode de réalisation (recherche, sondage, observation etc). Enfin, tu peux entrer dans le vif du sujet en exposant tes résultats. Selon le type d’enquête que tu auras décidé de réaliser, il pourra s’agir de tableaux, de graphiques ou de texte. Si ton sondage expose des résultats dans des tableaux ou des graphiques, n'oublie pas de les identifier clairement.

   
L'analyse

   
Le portrait

   
L'éditorial

Première étape : l'identification du sujet
Deuxième étape : la prise de position
Troisième étape : l'analyse

Premier élément : l’identification du sujet

La connaissance approfondie du sujet est essentielle à la rédaction efficace d’un éditorial. Lorsque que tu as un sujet d’éditorial en tête, tente d’en connaître toutes les facettes. Par exemple, si tu décides d’écrire un éditorial sur le vandalisme dans les écoles, tu dois avoir quelques données sur le sujet, quelques exemples concrets. Tu pourrais essayer de savoir si plusieurs écoles sont touchées par des actes de vandalisme, si ceux qui posent ces gestes sont punis, si le vandalisme coûte cher aux écoles qui en sont victime… Bref, plus tu connais ton sujet, plus il t’est facile d’argumenter.

Deuxième élément : la prise de position

Afin de réaliser un éditorial, tu dois avoir une opinion sur un sujet. Le but de l’éditorialiste est de convaincre les lecteurs du bien-fondé de son opinion. Toutefois, si tu prends le temps de lire quelques éditoriaux, tu te rendras compte que lorsqu’il exprime son opinion, l’éditorialiste n’utilise pas la formule "Moi, je pense que… ". Son point de vue est exposé plus subtilement. Par exemple, si on reprend l’exemple du vandalisme à l’intérieur des écoles, tu peux dénoncer le manque de moyens de prévenir de tels actes et ce, de deux façons. D’abord, tu peux dire : " Je trouve qu’il est trop facile de poser des actes de vandalisme dans les écoles.". Ou bien, tu peux dire : " Étant donné le nombre élevé d’école touchées par le vandalisme, il est clair que des moyens efficaces de prévenir ce fléau sont trop souvent absents.". Il s’agit là de deux manières différentes d’exprimer une même idée. Toutefois, le style à privilégier dans l’éditorial est présenté dans le deuxième exemple, celui qui n’utilise pas le " je ".

Troisième étape : l’analyse

Lorsque tu te proposes de faire un éditorial, tu dois aussi te lancer dans un exercice d’analyse. Ainsi, tu cherches à justifier ta prise de position et pour y arriver, tu dois utiliser un vocabulaire et un ton appropriés. Toujours pour l’exemple du vandalisme à l’école, ta position sur ce sujet est que tu crois qu’il y a un manque de prévention de cette action. Pour défendre ton sujet tu dois présenter des arguments solides. Tu peux mentionner que chaque année, il y a X% des écoles du Québec qui sont touchées par des actes de vandalisme. Tu peux donner les coûts qui sont engendrés pour réparer les torts faits par ces actes. Tu peux mentionner qu’il n’y a pas suffisamment de surveillance ou d’éducation à ce sujet dans les écoles. Bref, tout ce qui soutient ton point de vue est pertinent pour la rédaction d’un bon éditorial.

Références
Lire français. (consulté le 20 août 2000). Les clés du journal, [En ligne], Adresse URL: http://www.lire-francais.com/a_clejou.htm

Rescol Canadien et STEM˜Net. (consulté le 20 août 2000). Salle de nouvelles RDR, [En ligne], Adresse URL: http://www.stemnet.nf.ca/rdr/reporterstoolbox.html

   
La critique

Premier étape : l'identification du sujet
Deuxième étape : la prise de position
Troisième étape : l'analyse

Premier élément : l’identification du sujet

Peu importe l’objet de ta critique, il est primordial que tu situes les lecteurs, que tu leur donnes des points de repère. Par exemple, si tu fais une critique de film, il importe que tu fasses un bref résumé de son histoire. Tout comme n’importe quel autre sujet de critique, il faut des descriptions. Ainsi, si tu fais la critique d’une loi X, tu dois énoncer le contenu de cette loi. Les lecteurs ont besoin de savoir clairement de quoi il est question afin d’être en mesure de mieux comprendre tout le reste de ta critique.

Deuxième élément : la prise de position

Afin de réaliser une critique tu dois avoir un point de vue sur un sujet. Suite à la lecture d’un roman que tu as beaucoup aimé, tu pourrais avoir envie d’écrire un texte pour le recommander aux lecteurs de CyberPresse. Il pourrait s’agir aussi du cas contraire. Tu pourrais voir un film au cinéma et le détester. Ton objectif serait alors de convaincre le plus de lecteurs possible que le film était mauvais. Il se pourrait aussi que tu ailles à une exposition dans un musée et qu’il y ait des œuvres qui te plaisent et d’autres non. Tes réactions à un événement ou une situation constituent ta prise de position, ton opinion, tu aimes ou tu n’aimes pas.

Troisième élément : l’analyse

Lorsque tu te proposes de faire une critique, tu dois aussi te lancer dans un exercice d’analyse. Ainsi, tu cherches à justifier les "pourquoi ? " de ton jugement. Cet exercice n’est pas toujours facile si tu as du mal à identifier clairement le sujet de ta critique. Si par exemple tu dis que le dernier roman de Marie Laberge est un chef d’oeuvre, il faut que tu renseignes les lecteurs sur les raisons qui ont fait que tu as aimé ce livre. Si tu dis que c’est parce que l’histoire est belle, ce n’est pas très convaincant. Il faut que tu pousses ta réflexion un peu plus loin. Tu trouves que l’histoire est belle mais pourquoi ?

C’est alors le temps de donner des exemples pour appuyer ce que tu dis. Pour y parvenir, tu dois inclure tous les détails qui expliquent ton jugement. Voici un petit truc. Si tu as envie de voir un film ou un spectacle avec l’intention d’en faire une critique, pense à prendre des notes. Lire, regarder un film ou assister à un concert sont des loisirs mais lorsqu’il s’agit d’en faire une critique, il s’agit aussi d’un travail qui demande un minimum de préparation et d'efforts.

Références
Lire français. (consulté le 20 août 2000). Les clés du journal, [En ligne], Adresse URL: http://www.lire-francais.com/a_clejou.htm

Rescol Canadien et STEM˜Net. (consulté le 20 août 2000). Salle de nouvelles RDR, [En ligne], Adresse URL: http://www.stemnet.nf.ca/rdr/reporterstoolbox.htm

   
Le billet

   
La caricature

   
La chronique

   
La lettre d'opinion

Première étape : l'en tête
Deuxième étape : l'introduction
Troisième étape : l'argumentation
Quatrième étape : la conclusion
Cinquième étape : les salutations, la signature et le titre !

Première étape : l’en tête

Généralement, lorsque tu écris une lettre officielle, tu dois lui attribuer une en tête. L’en tête inclut le nom de l’endroit d’où tu écris ainsi que la date. Sous ces renseignements apparaissent ensuite le nom de la personne à qui tu expédies la lettre, le nom de l’organisme pour lequel elle travaille ainsi que l’adresse postale de cet organisme. Enfin, tu débutes ta lettre par Madame ou Monsieur selon le cas.

Deuxième étape : l’introduction

Lorsque tu écris une lettre d’opinion tu dois énoncer clairement son sujet et en fournir le contexte. Par exemple, tu pourrais avoir envie d’exprimer ton opinion sur un nouveau règlement de ton école qui interdit l’utilisation des téléphones cellulaires en classe. Afin de situer les lecteurs, il importe que tu mentionnes le règlement dès le début de ta lettre. Tu peux aussi indiquer la date à laquelle a été adopté ce règlement et à quelle école il s’applique. Ceci ramène aux questions qui ?, quoi ?, où ?, quand ?, comment ? et pourquoi ?. En répondant à toutes ces questions le lecteur situe bien de quoi il s’agit.

La seconde information essentielle à inclure dans ton introduction est ton objectif. Tu peux annoncer ton intention d’approuver ou de critiquer la décision d’interdire les téléphones cellulaires en classe. C’est à la suite de cette prise de position que tu pourras entamer l’étape suivante qui constituera la section déterminante du succès de ta lettre : l’argumentation.

Troisième étape : l’argumentation

Afin de donner du poids à ta lettre, tu t’appuieras sur des arguments solides constitués de faits, de témoignages, de résultats de sondages ou de recherches, de recommandations d’experts. Ce sont les arguments qui constituent le corps du texte. Il ne faut pas oublier que le but de la lettre d’opinion est de convaincre.

Quatrième étape : la conclusion

Pour terminer ta lettre d’opinion, tu dois faire une synthèse de ton propos en réaffirmant brièvement ton opinion et les arguments qui l’appuient.

Cinquième étape : les salutations, la signature et le titre !

En toute dernière étape, tu termines ta lettre en formulant des salutations polies au destinataire de ta lettre. Aussi, il est primordial que tu signes ta lettre. Cela ajoute au sérieux et à la crédibilité du reste du travail que tu auras accompli. Ceci démontre que tu endosses entièrement tes propos.

La touche finale à ta lettre sera de la couronner d’un titre.

Référence
Cusson, J, K. Gilbert, P. Proulx et M-E. Vallières. (consulté le 20 août 2000), Lettre d'opinion, [En ligne], Adresse URL: http://edus.educ.usherb.ca/~p.proulx/opinion/intro.html

   

h

© AQUOPS-CyberScol, Réseau Éducation-Médias, CLEMI
Mise à jour le 2 août 2001